Aperçu historique des arts orientaux:


Selon les livres d’histoire, l'écriture est apparue pour la première fois sous une forme figurative. Une de ses formes les plus connues est l’ancienne écriture hiéroglyphique. Elle s'est ensuite tournée vers le symbolisme avec l'écriture cunéiforme et hiéroglyphique (démotique). L’écriture cunéiforme, qui était particulièrement utilisée en Mésopotamie et au Levant, est à l'origine des écritures dites « développées » qui utilisent le système alphabétique. Son utilisation par les phéniciens syriens a largement contribué à son évolution. Leur alphabet a été découvert dans la ville d'Ougarit (à Ras Shamra) sur la côte nord de la Syrie (Chohan, 2001)3.
Concernant les origines de la calligraphie arabe, les avis divergent. Nombre de chercheurs affirment qu'elle descend des syriaques (ou araméens) par les Nabatéens. D'autres considèrent qu’avant l’apparition de l’Islam, les Arabes écrivaient en calligraphie de Hairi. Après l’apparition de l’Islam, elle est nommée « calligraphe coufique », dernier embranchement du syriaque. Cette hypothèse est également soutenue par le calligraphe Kamel Elbaba dans son livre « L'Esprit de la calligraphie »4. Au contraire, Ibn Khaldoun, dans sa célèbre introduction, considère que la calligraphie arabe est avant tout originaire du Yémen, avant de s’étendre à Hira, puis à Qouraysh. Enfin, pour d’autres, l’écriture qui a vu le jour dans la péninsule arabique serait le résultat de l'interaction qu'ont permis les nombreux échanges commerciaux entre le Nord et le Sud des pays arabes (Chohan, 2001).
Malgré ces divergences d’opinions, tous s’accordent sur un point : la calligraphie arabe est l’une des manifestations les plus importantes du génie artistique chez les Arabes. Elle était d'abord un outil au service du savoir, et s'est développée jusqu'à ce qu'elle atteigne la perfection et la beauté. (Edan, 2009)5.
L'arrivée de l’Islam et la nécessité de préserver son livre sacré, le Coran, ont permis à la calligraphie arabe de se développer. Elle est devenue un art qui regroupe près de quatre-vingt méthodes et styles. Parmi les plus célèbres on trouve le style coufique, thuluth, Roqa, neskh, diwani et persan.
Pendant des siècles, la calligraphie et l'ornementation ont été les seuls aspects des arts plastiques qui ont pu être observés à l'époque islamique dans les pays arabes. Et ce, malgré la prospérité de la sculpture, de la gravure et d'autres arts pendant l'époque préislamique. Pour l’expliquer, plusieurs facteurs peuvent être pris en compte. Mais le plus important reste les restrictions imposées pendant des siècles par les souverains musulmans sous couvert de préserver la religion, à savoir l'Islam.
L'architecture religieuse avait une place très importante dans le monde islamique car la vie des musulmans gravitait autour de la mosquée. Les typologies des bâtiments varient beaucoup selon les périodes et les régions. L'architecture palatiale s’est développée avec l'installation du centre du pouvoir en Syrie à l’époque omeyade. Le phénomène de la ville royale a émergé à l'époque abbasside en Mésopotamie. Une place importante a été accordée au décor architectural dont la calligraphie arabe est certainement la composante fondamentale6.
Au cours de son histoire, l'art de la calligraphie arabe a connu beaucoup de changements tant sur la forme que sur le style. Cela a commencé par l'élaboration des règles et des bases jusqu'à ce qu’on atteigne la créativité et l'esthétique. L'empire ottoman a protégé la calligraphie arabe mais cette dernière est toujours restée sous ses formes traditionnelles. Au XXe siècle, la colonisation européenne des pays arabes a profondément transformé les pratiques artistiques dans ces pays. Les artistes ont alors profité de l’expérience des artistes européens et cherché à les suivre par l'insertion de la « modernité occidentale » dans les arts orientaux. Cela est particulièrement vrai pour la calligraphie arabe.


3 CHOHAN, A. Voyage de la calligraphie arabe du style Misnad aux styles modernes. رحلة الخط العربي
من المسند الى الحديث . Publications de l'Union des écrivains arabes : Damas, 2001
4 ELBABA, K., Esprit de la calligraphie arabe. روح الخط العربي . Éd. Maison de science : Beyrouth, 1994

5 EDAN, A. L'originalité et la modernité en calligraphie arabe. 2009. الاصالة والمعاصرة في الخط العربي . Hiba studio. [En ligne]. Consulté le 12/12/2014. URL : http://hibastudio.com/contemporary-and-calligraphy/
6 BARRUCAND, M. « ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 avril 2015.
URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/